Assassin's Creed Odyssey : Le Destin de l’Atlantide (2019) - Jeu vidéo
Assassin's Creed Odyssey : Le Destin de l’Atlantide (2019)  - Jeu vidéo

Extension de jeu de Ubisoft Québec et Ubisoft Entertainment PlayStation 4, Xbox One et PC Action-Aventure 23 avril 2019

Deuxième arc narratif d'Assassin's Creed Odyssey qui met à l'honneur la mythologie grecque et la Première Civilisation. Le héros a la mission de percer à jour les mystères de la cité engloutie et doit faire face à des créatures divines.

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Jeux Assassin's Creed Odyssey : Le Destin de l’Atlantide (2019) torrent



PALAPALAPA.

Voilà. Maintenant que je vous ai mis la musique dans la tête, continuons.

Après un premier DLC moyen et très facilement oubliable, Ubisoft met la barre bien plus haut avec son tout nouveau Assassin's Creed Odyssey : Le Destin de l'Atlantide qui ne sera pas sans rappeler l'un des DLC de l'opus précédent ; Assassin's Creed Origins : The Curse of the Pharaohs, en ajoutant de nouvelles zones inédites et oniriques, liant la Mythologie à la Première Civilisation.

Comme son prédécesseur, ce DLC se déroulera en trois actes qui auront des sorties différées, ma critique sera donc évolutive.

Chapitre 1 : Les Champs de l'Elysée

Après une première heure peinant à se mettre en place, alternant phase antique et phase dans le présent, la suite se révélera être beaucoup plus intéressante dès nos premiers pas dans les Champs Élyséens, l'Enfers réservés aux vertueux et aux héros.

Ce sera donc sans grande surprise mais néanmoins avec émerveillement que nous découvrirons une zone absolument magnifique et enchanteresse sous un ciel bleu éternel et dont les prairies fleuries sont peuplées de majestueux cerfs blanc aux bois dorés -ET IL Y A DES BICHES CETTE FOIS ! (Cf. ma critique d'AC Odyssey) -.

Mais dans le Paradis de Perséphone, tout n'est pas aussi rose que ses fleurs. Nous serons confrontés à différentes problématiques telles que les maux de l'Amour, la Liberté ou encore la Politique.

Le choix est encore une fois mis en avant car il est possible de choisir par quelle quête commencer, mais c'est hélas à ce niveau là que le jeu pêchera. Les quêtes se faisant échos, il ne sera pas rare que l'une d'elle fasse référence à quelque chose de soit-disant passé alors que la quête en question n'a pas encore été réalisée, rendant le tout décousu et confus. Ce sera pour moi le seul gros défaut de ce premier chapitre.

Quelques nouveautés montreront le bout de leur nez ; une monture, quelques améliorations de compétences, de nouveaux objectifs destructibles et surtout, de nouveaux ennemis puissants forçant à jouer la furtivité pour les éviter. On peut également noter l'apparition de plateformes de téléportation pour rejoindre différents points d'intérêts en hauteur, la quasi totalité des villes se trouvant sur des pitons rocheux.

Pour une durée d'une bonne dizaine d'heures, le premier chapitre d'Assassin's Creed Odyssey : Le Destin de l'Atlantide nous propose une mise en bouche des plus charmantes et met enfin l'accent sur le peuple Isus, astucieusement mêlé au folklore antique.

Chapitre 2 : Le Tourment d'Hadès

Sans même un instant de répit, le jeu nous happe dès le lancement de l'épisode dans un combat monstrueux face à l'infernal Cerbère. Alors que la créature rend son (ses ?) dernier souffle, les ennuis commencent. Nous venons de tuer le Gardien des Portes des Enfers et des brèches se sont ouvertes, contrariant le maître des lieux, Magnéto... Je veux dire, Hadès en personne.

Notre devoir sera bien évidemment de réparer nos bêtises en trouvant de nouveaux gardiens pour les portes, choisis parmi les plus grandes figures de la Grèce Antique. Pourtant trame principale, ces objectifs sembleront secondaires et sans histoires, là où les quêtes secondaires, très intéressantes, nous ferons rencontrer d'anciens amis et ennemis, ainsi que le célèbre Charon que nous aiderons dans sa tâche.

Ce chapitre proposera beaucoup plus de combats de boss qu'à l’accoutumée, ainsi qu'une progression fastidieuse, la plupart des points d'intérêts étant au fin fond de dédales de grottes. Nous sommes en Enfers, après tout.

Même si le contenu semble un peu pauvre, il faut saluer le travail quant au level design qui est des plus réussit. Il est bien plus aisé de créer un Paradis qu'un Enfer, et le paris a été remporté haut la main. Loin des champs fleuris, nous trouverons ici un royaume dévasté et en ruines où la misère est maîtresse des lieux. L'ambiance est très lourde ; l'air est si chargé de cendres et de braises qu'il en est presque opaque, le Soleil sans chaleur arrivant à peine à percer pour donner un peu de lumière. Le vent est parfois si fort qu'il devient difficile de savoir où l'on va dans le brouillard, errant et perdu comme les âmes en peines qui sillonnent ces étendues déchirées et stériles. Même l'eau est impropre car elle est croupie ou tellement sulfureuse qu'elle en devient toxique. La musique, quasiment inexistante, rend le tout encore plus pesant.

Pour une durée semblable au chapitre précédent, soit une dizaine d'heures, il sera plus question ici d'affronter des ennemis très puissants de face, là où la furtivité était plus mise en avant antérieurement, que de réellement suivre une histoire, la trame principale se résumant en une ligne. Sans les quêtes secondaires pour rajouter un semblant de contenu, le tout serait un peu vide. Mais peut-être est-ce là l'essence même de cette zone de désolation...

Chapitre 3 : Le Sort de l'Atlantide

Alors qu'Hadès vient d'être vaincu, le mystérieux Poséidon qui nous observait durant tout notre périple aux Enfers nous propose une porte de sortie vers son royaume dans lequel se trouverait notre place. Désireux/ses d'enfin trouver la paix, nous suivons cet Isu à travers un portail menant à son domaine, la tant attendue Atlantide, où nous pourrions accroître notre savoir et le potentiel Isu qui court dans nos veines.

C'est alors que Poséidon nous propose de devenir Dikastes, juge et juré en son nom. Nous découvrirons une cité resplendissante, colossale et très avancée technologiquement. Mais très vite, nous nous rendons compte que ses allures utopiques ne sont que des mensonges. Le pouvoir que nous a confié le Dikastes Basileus a attisé la jalousie de ses fils et la cité qui semblait si paisible cache en réalité en son sein un feu ardent de mépris. La cohabitation entre Humains et Isus est très compliquée et nous en apprenons bien plus sur les rapports entre ces différents êtres, sur la création des Hommes et bien sûr, sur le Destin de l'Atlantide.

Dans cet ultime épisode, les Isus sont enfin au cœur de l'histoire et quelques clins d’œil seront présents pour connecter les points dans la tête des afficionados de la saga. Il n'y a pas grandes nouveautés, toutes les mécaniques étaient déjà présentes en jeu, ou très légèrement différentes.

Bien que le scenario soit très intéressant, il est entrecoupé par une phase de farm assez considérable, les quelques quêtes secondaires ne suffisant pas à récolter suffisamment de savoir pour débloquer la suite de l'aventure. Cela m'a laissé l'impression assez désagréable de n'avoir quasiment rien fait pendant cet épisode. Sentiment exacerbé avec le final sous forme de cliffhanger.

Conclusion :

Assassin's Creed Odyssey : Le Destin de l'Atlantide se révélera être un très bon DLC. Loin d'être parfait, il aura la prétention de nous avoir fait voyager dans des environnements tous plus majestueux les uns que les autres et d'avoir enfin mit en avant les mystérieux Isus dont l'on ne savait pas grand chose avant cela.

Le point noir sera pour moi le traitement des scenarii, trop souvent expéditifs malgré leur potentiel presque infini. Chaque partie ayant prit une dizaine d'heure à être bouclée complètement en attendant la suite, je me demande si l'expérience du DLC complet ne sera pas divisée par deux pour ceux souhaitant uniquement s'intéresser aux quêtes. Les scenarii en eux-même restent tout de même très intéressants.

Quoi qu'il en soit, c'est un DLC que je recommande vivement, si ce n'est que pour saluer et admirer le travail phénoménal fait avec brio sur chacun des royaumes.

Merci de m'avoir lue durant cette aventure en Grèce aux côtés de Kassandra et d'Alexios et à bientôt.

En cliquant ici, vous trouverez ma critique d'Assassin's Creed Odyssey. :)

Et ici, ce sera pour le premier DLC, l'Héritage de la Première Lame.

En espérant vous avoir été utile,

Rin.