God of War (2018) - Jeu vidéo
God of War (2018)  - Jeu vidéo

Jeu vidéo de SIE Santa Monica Studio et Sony Interactive Entertainment PlayStation 4 Action-Aventure 20 avril 2018

Dans ce nouvel opus exploitant mythologie nordique, Kratos a enfin l’opportunité de canaliser la rage qui l'a si longtemps habité. Inquiet du sombre héritage qu'il a transmis à son fils, Kratos espère pouvoir réparer ses fautes et effacer les horreurs de son passé.

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Jeux God of War (2018) torrent



Je joue de moins en moins... Ceux qui ont lu d'autres critiques déposées ici le savent, je suis un vieux con aigri... Et ça empire... Je n'arrive plus à piffer ne fut-ce qu'un seconde les minets échaudés poussant des cris de vierge folle entre 2 vidéo "cut" sur Youtube, ni les steamers en quête désespérée de reconnaissance et je tairai ma haine des sites de jeux vidéo déjà bien trop ressassée parce que, bordel, on ne joue plus aux jeux vidéo, on regarde des gens y jouer... L'aberration absolue d'une bien triste époque de moutons... Mais bref, si vous avez la courtoisie de lire une critique parlant de God of War, je suppose que vous n'en avez que faire de mes états d'âme et que vous apprécieriez un minimum d'avis sur le jeu. Je vais faire au mieux...

Ce nouveau God of War m'a directement séduit, comprenez bien, un héros bourru, désenchanté, traversant avec son gamin un chemin qu'il ne souhaitait pas parcourir pour déposer les cendres de sa défunte femme, le tout en plan séquence, oui, c'était vendu...Ce GOW c'est un peu un grand doigt tendu à ce qu'est devenu le JV actuel, réalisé par des gens qui ont vieilli pour des joueurs qui ont vieilli, un peu à contre courant de la production d'aujourd'hui... Faut pas déconner non plus, vous aurez quand même droit aux points d XP, les éditeurs ont décidé qu'on ne ferait plus jamais sans. Non, ce n'est pas non plus un monde ouvert, mais bien un HUB (Midgard) desservant des zones qui se réduisent telles des peaux de chagrins au fil de l'aventure, qu'Alfheim et son lac ne vous aveuglent pas, Jötunheim se limitera à un escalier... Rien de plus, rien de moins... Pire, certaines zones resteront désespérément fermées ne vous laissant que le goût amer de ne pas avoir croisé le poing avec ce fieffé Odin en Asgard... Oubliez également les combats de boss à la chaîne du troisième opus, ici seuls un "étranger", une poignée de dragons, quelques fils de Dieu et des Valkyries clonées (et annexes) se dresseront sur votre chemin... Tel un Assassin's Creed Origins renaissant, la foire aux loots s'invite aussi chez notre dieu de, la guerre. Oui, vous pourrez tourner 40 fois la caméra au tour du set légendaire de votre personnage arracher à la sueur de votre front dans les brumes de Niflheim, je suppose qu'il s'agit d'un plaisir dont on ne peut plus se passer... En lisant ceci, on pourrait facilement déduire qu"Il n'est pas terrible ton jeu de consoleux prépubères"...

Avant de vous répandre en insultes sur le compte Twitter de ce pauvre Cory Barlog, permettez-moi de préciser cela, pendant un peu plus de 40 heures, je n'en ai rien eu à faire de ces défauts. Il y a quelque chose de rare et de précieux dans ce jeu qui réussit parfois mieux ce qu'il ne nous montre pas en suscitant l'imagination du joueur. J'ai paradoxalement été content de ne pas croiser Odin ou Thor (oui, je sais), les récits de Mimirs m'ont dessiné une image de divinités psychotiques versant dans le mal absolu... Leur aura menaçante se ressent dans chaque lieu traversé; leur absence les rend bien plus présent dans l'esprit du joueur que tout autre Draugr balayé d'un mérité coup de hache. C'est peut-être là que réside le coup de force du jeu, il crée un univers solide où tout se tient: personnages, lieux, passé, présent et futur. C'est pour ma part une des premières fois que je voyais ça dans le JV. Finalement, le non dit et l'évocation seront toujours plus puissant que le sur-surlignage vomitif.

Le nouveau système de combat ne démérite pas non plus et cette caméra plaquée à Kratos ne m'a pas semblé l'hérésie que certains semblent vouloir démontrer (du moins en mode défi); l'arbre de compétences est toujours présent et finira totalement rempli... Je sais dans un Dark souls on peut faire plein de Build, mais GOW n'en'est pas un DS malgré ce que semble hurler les avertisseurs avertis. Ah oui, comme dit dans mon titre Pute-à-click, il n'y a pas de mode Battle royal non plus... C'est un vrai scandale, on est passé à côté d'une belle brochette de tocard streamant déguisé en viking sur la twitcherie post hertzienne qui anime les soirées des gamers désormais...