La Nouvelle Vie de Paul Sneijder - Film (2016)
La Nouvelle Vie de Paul Sneijder - Film (2016)

Film de Thomas Vincent Drame 1 h 54 min 8 juin 2016

Après un accident rarissime, Paul Sneijder ouvre les yeux sur la réalité de sa vie de « cadre supérieur » à Montréal : son travail ne l’intéresse plus, sa femme l’agace et le trompe, ses deux fils le méprisent…
Comment continuer à vivre dans ces conditions ? En commençant par changer de métier : promeneur des chiens par exemple ! Ses proches accepteront-ils ce changement qui le transformera en homme libre ?

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Film La Nouvelle Vie de Paul Sneijder torrent



Adapté de "Le Cas Sneijder" de Jean-Paul Dubois, Thomas Vincent offre un film étonnant et je reste franchement surprise, n'ayant pas été, depuis longtemps, séduite par le cinéma français.

Une vision acerbe et sombre sur la communication et les choix traitée par le deuil. T. Lhermitte est d'une justesse et sobriété pour signifier toute sa déprime et son retrait du monde. Deux heures pour nous balader émotionnellement. Quelques flashbacks pour se plonger dans ses souvenirs angoissés. aidés par une musique grinçante, ou au contraire des choix de morceaux plus nostalgiques pour accompagner ses moments d'égarements.

Les apparences et l'hypocrisie d'une vie et d'une société dans ce qu'elle a de plus malsain, rythment le cheminement de Paul. Le besoin de rayonnement social de la famille est froidement montré par G. Pailhas. La question des "dommages et intérêts" suite au décès accidentel d'un proche, prend ici tout son sens quand il s'agit ou pas de nos enfants, et de la manière dont on perçoit la perte. L'actrice est d'une crédibilité effarante...

Une pointe de sarcasme par le rôle de l'avocat en charge d'apporter la meilleure réponse au deuil : l'argent, amènent avec subtilité les travers d'une société humaine qui en a perdue tout son sens. Les scènes d'introduction sont d'ailleurs assez puissantes voire cinglantes, par le décalage du discours, que ce soit au funérarium ou dans le bureau dudit avocat. La caméra parle d'elle-même par les détails renforcés par un ensemble esthétique et froid. Des situations pleines de rebondissements apportent un suspense et des moments de tensions réussis.

La caméra joue sur l'anonymat de Paul par des plans d'architectures glaciales, de miroirs, de couloirs, des décors "aseptisés, des bandes de terres larges, sous la neige au milieu de bâtiments blafards. Des plans serrés où ses regards, ses silences suffisent à marquer le décalage grandissant face à sa vie et à sa famille. En oppostion, des rencontres salvatrices avec quelques personnages farfelus, l'employeur de Paul (Guillaume Cyr) ou l'avocat de la partie adverse, curieux personnage solidaire joué par Pierre Curzi, nous apportent des moments plus joyeux, des dialogues pleins de finesse ou de décalage, des situations absurdes. des couleurs et ralentis floutées, avec ette scène" magique" sous psychotropes complètement jouissive, pour contrecarrer la froideur ambiante.

Dramatique mais finalement optimiste et humaniste.

Et bien sûr ce n'est pas un film comique. Les chiens ne seront que des "acteurs" venus compléter le casting, pour servir la prise de conscience de cet homme. A voir.