Kurozuka - Anime (2008)
Kurozuka - Anime (2008)

Anime de Tetsurō Araki et Baku Yumemakura Action, drame, Épouvante-horreur 1 saison (terminée) Animax 25 min 7 octobre 2008

Kuro est un moine tentant d'échapper avec son disciple Benkei à un clan qui en veut à sa vie. Alors qu'ils arrivent à se débarrasser de leurs derniers poursuivants, ils découvrent dans un endroit reculé une maison qui semble habitée. Afin que Kuro puisse récupérer, Benkei décide de demander au propriétaire de les héberger pour la nuit. A leur grande surprise, ce dernier n'est autre qu'une jeune femme répondant au nom de Kuromitsu et dont la beauté n'a d'égale que le sombre mystère qui émane autour d'elle. Elle accepte d'être leur hôte pour la nuit cependant, elle exige qu'ils respectent une condition : ne jamais s'approcher quelle qu'en soit la raison, de sa chambre se trouvant à l'arrière de la demeure.
Alors que Benkei est parti acheter des médicaments pour son maître, d'autres assassins font leur apparition pour éliminer Kuro. Avec l'intention de protéger Kuromitsu, ce dernier se dirige vers sa chambre bravant de ce fait l'interdit. Le secret qui lui est alors révélé changera de manière irrémédiable sa destinée. Des liens que même le temps ne peut rompre se créeront ainsi entre les deux amants amenés à souffrir continuellement...

Aide


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Serie Kurozuka torrent



o0'.. aucune critique ! il faut faire quelquechose !

Une vieille histoire

Kurozuka est un animé seinen de 12 épisodes à la fois romantique et sanglant adapté de manga éponyme en 10 volumes de Yumemakura Baku et Takashi Noguch, lui-même modernisé d'après une pièce de théatre Noh, elle-même adapté d'un poème de Shuishû.

Sachant cela, vous comprendrez mieux d'où sortent ces scènes pré-opening (entre autres...).

Une production solide

Madhouse, (déjà présenté dans une critique précédente) le studio spécialiste des seinens darks et gores était tout trouvé pour cette belle adaptation (mais trop libre diront les lecteurs du manga). Par dessus tout cela, c'est un éminent réalisateur qui est au commande Tetsurō Araki, à qui l'on doit, excusez du peu : "Death Note", "Hightschool of the dead" et "L'Attaque des Titans".

Graphisme & Animation

La chara-design est parfois approximatif, mais l'ensemble très bien animé, beau avec des effets originaux.

Ambiance

C'est souvent lent & contemplatif, mais avec des fulgurances d'actions. C'est oppressant, glauque, violent & dramatique, mais aussi romantique & poétique. bref, si vous avez aimé l'ambiance de "Shiki" "Otogizuchi" ou "Blame!", ya un peu de ça (je ne trouve pas vraiment d'équivalent).

OST et génériques

Kiyoshi Yoshida, le compositeur, a qui l'on devait la magnifique OST de "Shigurui", nous livre une bande-son traditionnelle similaire à la fois zen et oppressante, discrète et bien adaptée. Il y a aussi un chouette thème au piano. L'opening, comme toujours avec Tetsurō Araki, est indus metal ici peu adapté, mais qui à la mérite d'annonçer que ça va pas trop rigoler... ("systematic people" par **Wagdug Futuristic feat. Maximum the Ryo **) L'ending "Hanarebanare" de Shigi termine très bien les épisodes.

Bon, alors, de quoi ça parle ?

Houla ! comment faire pour ne pas trop spoiler... chaud ! Tout ce qui est sur, c'est que la scénario est très bien, mais il se mérite ! Vous ne comprendrez pas tout, tout de suite - il faudra accepter de nager en eaux troubles tout le long de la série et même à la fin, vous resterez encore interrogatif sur certains points.

Le film "The fountain" et "Otogizushi" peuvent vous donner une idée du délire. Le premier paragraphe de cette critique aussi...

Je ne peux en dire plus...

Conclusion

Cet anime est peu connu, car il a une ambiance spéciale et demande un peu d'effort de la part du spectateur. Donc, si vous êtes blasés de retrouver toujours les mêmes mécaniques, foncez ! En vous accrochant, vous aurez le droit à une chouette histoire un peu mindfuck. Sinon, bin... tant pis pour vous... (mais que je vous entende pas raler sur un manque d'originalité ! ;b)